Vous êtes ici : Accueil > Le bassin > Données socio-économiques

Données socio-économiques

Cadre démographique

D’après le dernier recensement de la population de 2004, la zone d’action de l’Agence du Bassin Hydraulique de Sakia el Hamra et Oued Eddahab regroupe une population de 416 486 habitants, soit près de 1.4% de la population totale du Maroc, répartis de la manière suivante :

Région Province Nbre de Municipalités Nbre de Communes Rurales Population Totale Part de
la population de l'aire d'étude (%)
1994 2004 Variation 1994 2004 (%)
Laâyoune-Boujdour- Saguia El Hamra Boujdour 1 3 21.691 46.129 112,7 11,1
Laâyoune et Tarfaya 3 7 153.978 210.023 36,4 50,4
Oued Eddahab-Lagouira Aousserd 1 5 2.507 20.513 718 4,9
Oued Eddahab 1 6 34.244 78.854 130,3 18,9
Guelmim-Es Smara Es Smara 1 5 39.726 60.426 52,1 14,5
TanTan 0 2 793 541 - 31,8 0,1
Assa Zag 0 2 0 0 0 0,0
Total 7 30

252.939

416.486 64,7 ------

  • Données socio-économiques
  • Données socio-économiques
  • Données socio-économiques

Il est à souligner que dans la Province de Tantan, seule la population de la commune rurale de Chbika est considérée. La commune d’Abteh de la Province de Tantan et celles d’Al Mahbas et Labouirat de la Province d’Assa Zag, ne sont pas prises en compte vu que la majorité de leur territoire, de surcroît dépeuplé, est située en dehors de la zone d’action de l’Agence du Bassin Hydraulique de Sakia el Hamra et Oued Eddahab.

  • Données socio-économiques
  • Données socio-économiques
  • Données socio-économiques

Les provinces de Boujdour et de Laâyoune regroupent plus de la moitié de la population des Bassins Hydraulique de Sakia el Hamra et Oued Eddahab (61.5%). Entre 1994 et 2004, la population a augmenté de 163 547 habitants soit un accroissement de 64.7 % en l’espace de 10 ans. Ces différences sont trop grandes pour être expliquées par les mouvements naturels et prouvent l’existence d’un bilan migratoire largement positif pour le Sud. La zone est donc devenue une zone attractive au sein de l’ensemble national.

Cadre économique

A- Agriculture

Le bassin hydraulique de Sakia el Hamra et Oued Eddahab est situé dans une zone aride aux conditions climatiques rudes et aux ressources en eau et en terre fertile limitées. Des dépressions naturelles au fond argileux, appelées Graras sont labourées.

Ces contraintes, entravent le développement de l’agriculture dans la région, Mais les efforts employés permettent de créer une agriculture irriguées à l’aide des aménagements hydro-agricoles. Aussi l’étendue du territoire est le principal élément qui a aidé au développement du cheptel.

B- Pêche

Le bassin hydraulique de Sakia el Hamra et Oued Eddahab possède 1700 Km de côte. L’activité de la pêche connaît un développement considérable vu la richesse halieutique de la côte atlantique. C’est ainsi que la région a vu la construction de quatre ports (Laâyoune, Tarfaya, Boujdour et Dakhla) et la création de 9 villages de pêche.

Cette activité, renforcée par la création de plusieurs usines de transformation des produits halieutiques, est destinée à être étendue et constitue le moteur de développement de la région.

C- Mines

Le bassin hydraulique de Sakia el Hamra et Oued Eddahab dispose d’importants gisements miniers, en particulier les phosphates, le sel et le sable. L’activité minière est concentrée actuellement autour de gisement de phosphate de Boucraa et de l’unité de traitement et l’exportation des produits phosphatiers à Laâyoune (El Marsa).

La région est connue par ses dépressions naturelles appelées « Sabkhats », ces sites constituent de grandes réserves de sel dont l’exploitation reste artisanale.
La région dispose aussi d’un gisement de sable de bonne qualité dont l’exportation se fait vers les îles Canaries.

D- Industrie

Le secteur industriel est étroitement lié à la pêche maritime. Les principales unités industrielles sont implantées dans les villes de Laâyoune et Dakhla.

E- Tourisme

Le secteur du tourisme est encore embryonnaire et pourrait se développer dans le futur surtout au niveau du littoral des régions de Laâyoune, Boujdour et Sakia El Hamra et Oued Eddahab-Lagouira.